Relations épistolaires

Après les Résidences à distance du printemps dernier, le CCOV organise une deuxième édition intitulée Relations épistolaires – Penpals. Ce projet rémunéré est organisé pour développer une relation de co-mentorat entre deux individus entre février et août 2021. 6 groupes d’artistes ont été sélectionnés à la suite d’un appel de projets à l’hiver 2021.

Ce projet s’inscrit dans une vision d’une correspondance structurée basée sur la discussion, le conseil et l’échange entre deux personnes intéressées par le co-mentorat et pouvant prendre de nombreuses formes (lettres, audio, vidéo). Il s’agit d’une proposition de correspondance structurée avec un échange de visions, de conseils où les participant.e.s peuvent s’échanger les rôles d’expert.e.s et apprenant.e.s. Ces échanges entre correspondant.e.s pourraient se faire entre générations, communautés similaires, diverses ou spécifiques.

Un entretien de sortie de résidence sera organisé à la fin du projet de 6 mois, afin de partager les réflexions des participant.e.s avec le public.

VOIR LA SORTIE DE RÉSIDENCE

« Les artistes basés à Tiöhtià:ke/Montréal Lara Kramer et Alex Côté se rencontrent pour la première fois à Fort-de-France en Martinique lors de la biennale Festival International d’Art Performance (F.I.A.P.), où ils présentent leur performance respective. Pendant deux semaines, Kramer et Côté assistent à leurs pièces, explorent leur processus performatif et développe une nouvelle amitié menant à une intention de collaborer une fois de retour à Tiöhtià:ke/Montréal. La danseuse et chorégraphe d’origine oji-cri et coloniale et l’artiste multidisciplinaire LGBTQ+ partagent un désir mutuel pour la création, l’expérimentation et l’échange de savoir interdisciplinaire. »

SORTIE DE RÉSIDENCE À VENIR

« Julia et Jacquie se sont rencontrées à Rimouski, faisant partie de Cotillon, dans laquelle elles ont interprété une scène d’amour-slash-semi-strip-tease, inspirée des martyrs et des saints sur la chanson Party Girl; c’est là que leur amitié et leur partenariat artistique ont commencé.
Nous avons cliqué tout de suite et avons partagé beaucoup de rires.
Selon Julia, la présence de Jacquie lui donnait envie de déambuler dans les rues et de voler des lilas dans les jardins des gens pour les déposer à sa porte dans la nuit.
Pour Jacquie, Julia est l’incarnation de l’esprit indépendant d’Anita Berber, de la poésie sauvage et de l’austrucktanz; elle est fan du travail de Julia.
Après s’être liées d’amitié à Rimouski, les deux ont travaillé ensemble à Montréal et à Leipzig, se croisant également parfois à Berlin.
Toutes deux ont hâte de reconnecter par correspondance et on se croise les doigts pour que leurs chemins se croisent soit à Berlin, soit à Montréal ou, tellement d’actualité, sur Zoom, par des lettres, ou un mélange de toutes les possibilités! »

SORTIE DE RÉSIDENCE À VENIR

« Nous sommes une paire de partenaires de danse, plus spécifiquement de Hustle, qui partage des parallèles similaires dans la danse comme dans notre vie de tous les jours. Savage & Samuelle sont basés à Vancouver et Julien & Taylor sont basés à Montréal. Étant fortement inspirés par l’innovation et la dédication du couple opposé, Penpals nous donne la chance de partager nos réflexions, de pratiquer ensemble et de s’aider l’un l’autre malgré la distance, chose que nous n’avions jamais sérieusement envisagée depuis que nos trajectoires se sont croisées. Nous espérons saisir cette opportunité pour étudier les nuances que chacun d’entre nous apporte à notre propre interprétation du Hustle et pour construire une plus grande appréciation pour l’approche de chacun des couples. Notre recherche et correspondance s’étendra au-delà de la durée de ce projet comme nous avons l’intention de partager publiquement notre progrès et processus dans le but de continuer de supporter et d’inspirer la communauté mondiale de Hustle. »

SORTIE DE RÉSIDENCE À VENIR

Noël parle d’un nouveau tatouage handpoke, en forme d’étoile, sur sa peau. L’étoile a les yeux fermés, elle sourit calmement en se déplaçant dans l’espace, laissant derrière elle une trace en forme d’arc-en-ciel. Lester parle d’autres types d’étoiles : le zodiaque; l’influence de l’univers sur nous, qui nous sommes.
Noël est Sagittaire, Lester est Verseau.
Ils trouvent que cette opposition joue un rôle clé dans leur apprentissage.
Une carte de tarot est tirée […]
C’est le numéro 13 des arcanes majeurs (la carte sans nom) ‘Transformation radicale’.
Noël et Lester se demandent ce que la transformation signifie pour eux et comment y accéder.
Alors que Noël et Lester se demandent comment poser des questions sans se sentir idiots, une question se pose:
« Suis-je l’étoile ou est-ce que l’étoile est en moi ? »
Ainsi, Noël et Lester ont entrepris un voyage profond vers le centre du cœur. D’un coffre au trésor doré, ils ont sorti un papier lumineux qui disait : « Bien sûr ! »

SORTIE DE RÉSIDENCE À VENIR

Dans un esprit de soins de soi, de l’autre et de notre milieu, non-dits explore des sujets intimes tirés de nos vies de femme en relation avec le domaine de l’art. Il propose de mettre à jour les difficultés inhérentes à nos parcours dans un horizon sensible, féministe et critique. Au confluent du récit de soi, de l’essai et de la critique, il permettra de donner voix à des problématiques que nous envisageons partagées par d’autres. Ce projet a aussi l’ambition de s’inscrire dans une démarche plus vaste et collective.

« Plus le temps passe, plus j’ai envie de le désamorcer par des anti-projets qui nous ancrent résolument dans l’expérience de la vie, de la relation, de l’autre. » – Katya

« Mon travail ne se fait pas au détriment ni de moi, ni des autres, et il est contre l’art qui se fait au détriment de soi et des autres. » – Véronique

SORTIE DE RÉSIDENCE À VENIR

Taraka et Sarah se sont rencontrées à la ChaNorth Residency dans la nature sauvage de la vallée de l’Hudson en septembre 2020, où elles ont immédiatement trouvé des thèmes communs dans leur travail. Alors que Taraka est issue d’un milieu principalement musical et Sarah du milieu de la performance, elles ont trouvé chez l’autre des esprits naturellement rebelles, une curiosité intellectuelle, un épuisement professionnel et une bonne dose de rock n roll, ainsi qu’un penchant pour les paillettes et le maquillage des yeux. Elles explorent actuellement des idées sur la façon de créer des personnages à la fois emblématiques et humoristiques, en travaillant sur un échange de co-inspiration partagé qui vise à canaliser un esprit plus rebelle et des images archétypales de la femme sauvage et de l’adolescente. À la recherche d’un nom à ce processus, elles considèrent « stratégies rock n roll pour la réalisation de soi » ou « tuer le poseur-chaman / poseur-rock star et moshing avec l’adolescent intérieur ».

Crédit visuel: Geneviève Darling